Crédit Webzine

Le crédit santé : une triste nouvelle tendance

Entre 10 et 15 % des gens renoncent à des soins pour des raisons économiques. Les prestations les plus touchées par ce phénomène sont les soins dentaires, non réglementés, onéreux et mal remboursés.

Pourquoi les soins sont-ils insuffisamment remboursés ?

Les frais de santé sont pris en charge par la Sécurité sociale et par la mutuelle. Toutefois, en fonction des performances du contrat choisi et du prix des prestations de santé (surtout avec des dépassements d’honoraires !), la combinaison de ces deux assurances peut être insuffisante. Les frais dentaire et les frais d’optique sont particulièrement concernés par ce problème. En effet, pour une couronne ou pour une paire de lunettes, il faut souvent compter plusieurs centaines d’euros. Le remboursement de la Sécurité sociale est marginal et, à moins de disposer d’un contrat de complémentaire santé très haut-de-gamme, la mutuelle ne propose qu’une participation aux frais. Ainsi, il ne reste que trois solutions au patient : opter pour des soins de moins bonne qualité, renoncer aux soins ou financer la prestation sur ses deniers personnels. En temps de crise, ces derniers peuvent être insuffisants. Le recours au crédit santé se généralise.

Le prêt santé, la solution du moment ?

Prendre un crédit pour payer ses frais de santé, c’est la triste tendance ! Il est possible de souscrire un crédit à la consommation classique chez un organisme prêteur ou un crédit étiqueté « prêt santé ». Toutefois, il faut être conscient qu’il ne s’agit alors que d’une étiquette, les conditions restant souvent les mêmes que pour un crédit classique destiné à l’achat d’un réfrigérateur ou d’un voyage. On notera que certains organismes de crédit font toutefois des efforts sur le taux quand le capital emprunté est destiné à financer une prestation de santé.

Il est nécessaire de souligner l’initiative du crédit municipal de Paris (Ma Tante). Celui-ci a lancé en 2013 un prêt santé. Il permet d’emprunter jusqu’à 3 000 euros au taux de 2.95 %. Des conditions attractives ! De plus, la somme peut être débloquée dans les 48 heures et il n’est pas nécessaire de gager un objet pour bénéficier du dispositif.

Quelles alternatives au crédit santé ?

Un crédit santé pour financer une nouvelle paire de lunettes ? Les anciennes peuvent peut-être être réparées ou un modèle entrée de gamme peut être envisagé. Une prothèse suite à l’arrachage d’une dent ? Si celle-ci n’affecte pas le sourire, pour quoi faire ? En revanche, quand il s’agit de financer un traitement ou une chirurgie essentiels pour la vie, le crédit santé peut s’imposer. Il ne doit toutefois être envisagé qu’en dernier recours. Avant cela, d’autres solutions peuvent être trouvées, notamment auprès de sa mutuelle. Ainsi, il est possible de demander à changer de formule, afin d’obtenir des garanties plus haut-de-gamme. Quand l’état de santé change, un effort mensuel sur la cotisation peut être indispensable. Il est également possible de demander à bénéficier du fonds de solidarité exceptionnel de sa mutuelle.

Le crédit santé est un crédit à la consommation. S’il est indispensable d’en prendre un, il  devient essentiel de comparer plusieurs devis afin de trouver une offre aux conditions attractives. En effet, pour soigner sa santé, inutile de tuer son budget !

Leave a Comment