Crédit Webzine

Emprunter en couple : information, avantages et choix

Emprunter quand on est en couple, c’est simple… jusqu’à ce que les conflits apparaissent. Dans ce cas, une question majeure apparaît. Qui doit payer ? La réponse dépend de nombreux paramètres. Voici quelques pistes de réflexion.

Emprunter sans son époux

Un époux peut très bien emprunter seul. Son conjoint n’est alors pas solidaire de la dette, à moins que celle-ci ait été contractée pour les besoins courants du ménage. C’est une bonne nouvelle en cas de divorce, un époux n’a pas à supporter la prodigalité de son conjoint.

A savoir : pour un emprunt portant sur une somme importante, l’organisme de crédit demandera l’accord de l’autre époux. En donnant cet accord, celui-ci s’engage solidairement sur la dette.

Emprunter avec son époux

La plupart du temps, les conjoints souscrivent un crédit à deux, surtout quand la somme prêtée est importante, pour une maison par exemple. La capacité d’emprunt est plus importante quand on unit les sources de revenu de chacun. Les époux sont alors copropriétaires du bien, celui-ci tombant dans la communauté. Ils ont à l’égard de l’organisme de crédit les mêmes droits et les mêmes devoirs. En cas de séparation, c’est le juge qui décidera du devenir du crédit, à moins d’un divorce par consentement mutuel.

Attention, ces dispositions ne concernent pas les époux mariés sous le régime de la séparation de biens, puisqu’ils n’ont pas de biens communs ! En matière d’emprunt, ils se rapprochent davantage de la situation des concubins.

Emprunter avec son concubin

Les concubins qui souscrivent un crédit à deux possèderont le bien en indivision. Cela signifiera qu’ils seront chacun propriétaire d’une quote-part. Cette quote-part se retrouvera dans l’attribution de la charge du crédit. Souvent, les concubins désirent égaliser leur situation sur le papier, chacun possédant alors 50 % du bien. Or, dans les faits, il peut y avoir un seul conjoint qui supporte intégralement la charge du crédit ! Il est préférable de retranscrire cette situation dans les documents officiels, pour un partage équitable en cas de séparation.

Emprunter sans son concubin

Un concubin peut emprunter seul, s’il en a les capacités financières. Son conjoint n’est alors pas lié par son engagement. Notons toutefois que les organismes de crédit demandent bien souvent au conjoint de se porter caution. Ils ont ainsi l’assurance que le prêt est voulu par le ménage mais aussi une garantie en cas d’impayé.

Ces dispositions s’appliquent également aux époux mariés sous le régime de la séparation de biens.

Moralité : c’est triste à dire mais quand on emprunte en couple, mieux vaut penser à une éventuelle séparation. Surtout pour un emprunt de longue durée, comme un emprunt immobilier ! Mais penser à une séparation, cela ne veut pas forcément dire protéger à tout prix ses intérêts. Cela peut être aussi penser à une formule qui permette à chaque conjoint de ne pas se retrouver dans une situation précaire. Pour un bon montage financier, protégeant les intérêts de chacun, il est préférable de demander conseil à un notaire.

Leave a Comment